Livre : Les rois imaginaires de Yann Lignereux

Publications
Cette étude, méticuleuse et poussée, s’attache non seulement à l’image des rois mais aussi et surtout à l’imaginaire qu’ils renvoyaient. Ainsi la vision qu’ils donnaient à leurs sujets était nécessairement royale, ou se devait de l’être : chaque monarque devait incarner la monarchie. Faite sur la longue durée, du xve jusqu’au xviie siècle, elle s’étend essentiellement sur ce dernier pour près de deux cents pages. Ainsi, après la « représentation représentée » de Louis XIII vient la figure emblématique de Louis XIV, lequel apparaît comme l’acmé de la représentation souveraine, le p …

Spectacles au château de Versailles

Les grandes eaux musicales
les samedis et dimanches, jusqu’au 29 octobre de 9 h à 19h (mise en eau de 11 h à 12 h et de 15 h 30 à 17 h). Ouvertures exceptionnelles le vendredi 14 juillet et mardi 15 août. Fermeture anticipée des Grandes Eaux Musicales à 17 h 30 les soirs des Grandes Eaux Nocturnes, ainsi que le 14 juillet 2017.

Les jardins musicaux, tous les vendredis jusqu’au 27 octobre 2017 (sauf vendredi
14 juillet 2017). Tous les mardis du 4 juillet au 31 octobre 2017. De 9 h à 19 h.

La sérénade royale de la galerie des Glaces, tous les samedis jusqu’au 16 septembre 2017. Séances à 18 h 30 …

Formation et évolution des soldats sous l’Ancien Régime

De 1630 à 1780, la France est engagée dans environ quatre-vingts conflits. Rares sont les provinces de France qui échappent aux passages des armées ; et quand les troupes prennent les quartiers d’hiver, la population doit subir la soldatesque pendant près de six mois. Les soldats français sont si familiers de la guerre que les Italiens disent d’eux « qu’ils [vont] à la mort comme s’ils devaient ressusciter le lendemain ». Mais que vaut cette armée à la fin du XVIIIe siècle ?

Par Alain Pigeard, docteur en histoire et en droit, président du Souvenir napoléonien

Le général Servan, ministre de la …

Archives et inédits : Le duc et la marquise

Christian IV, duc des Deux-Ponts, prince palatin (1722-1775), éveilla singulièrement l’intérêt diplomatique de la France au milieu du XVIIIè siècle par ses prétentions successorales sur les trônes de Bavière et du Palatinat. Louis XV sollicita la marquise de Pompadour pour le conserver dans le giron français alors qu’il était courtisé par l’impératrice Marie-Thérèse.

Par Philippe Cachau, docteur en histoire de l’art

Une correspondance inédite, conservée en Allemagne, témoigne des échanges entre la marquise et le duc, tant sur le plan diplomatique que religieux (il était protestant) militaire ( …